Depuis les premières représentations de l’Egypte antique aux derniers amours du cinéma, l’histoire de l’art est jalonnée de milliers de baisers. Qu’ils soient chastes, passionnés, sensuels ou bien charnels, ils sont le symbole même d’une tendresse originelle intrinsèque à l’Homme et au sentiment amoureux. Le baiser a toujours inspiré les artistes, les plus grands comme les anonymes, à croire qu’ils voient en lui une thématique privilégiée pour réussir une œuvre exemplaire. Les styles changent, évidemment, mais les formes et les codes se ressemblent et traversent les âges, unis pour composer un seul et unique tableau le baiser.

L’union fait la forme

Au-delà du thème privilégié qu’est le baiser, on imagine facilement que ce qui anime et inspire les artistes, c’est la forme même de l’union. Dans un désir de tendresse, deux êtres se rapprochent et laissent transparaître leurs sentiments. A partir de cette rencontre, une silhouette nouvelle se dessine : deux individus qui ne font plus qu’un.

tableau-le-baiser-Brancusi

Cette forme que les artistes ou les spectateurs admirent, représente un sujet assez universel, capable de parler à tout le monde. C’est l’image même de l’Amour, d’une fusion intemporelle qui transcende l’âge et le temps. A l’image du très célèbre baiser de Brancusi ci-dessus, le couple s’isole dans le sentiment amoureux et devient un bloc uni et harmonieux, lié dans tout le reste de l’humanité.

L’Amour : une mythologie

Et si ce désir d’union charnelle quasi parfaite avait une histoire ?

Cette histoire on la trouve dans Le Banquet de Platon. Ça peut faire peur dit comme ça, en réalité c’est très simple !
Socrate et ses amis se retrouvent autour d’une table pour festoyer. Ce soir là, ils décident à tour de rôle d’interroger l’Amour et de répondre à la question que tout le monde se pose « qu’est-ce que l’amour ? » Chacun défend son hypothèse devant des convives attentifs. Les histoires s’enchaînent en même temps que les plats se succèdent. C’est le tour d’Aristophane, il entre en scène et dévoile son histoire.

Au commencement l’humain était de nature hybride : homme-homme, femme-femme, ou homme-femme. Soit, un être complexe composé de « quatre mains, quatre pieds, deux visages placés à l’opposé l’un de l’autre, et surtout deux sexes… » Ces êtres avaient la forme sphérique du Soleil, de la Terre ou de la Lune. Un poil trop ambitieux, ils décidèrent un jour de défier les Dieux. Pour les punir, Zeus choisit de les séparer au centre de leur union, pile à leur moitié. Aujourd’hui le nombril des hommes constitue l’ultime cicatrice.

Selon le mythe d’Aristophane, c’est depuis cette blessure antique que chaque entité humaine tente de retrouver sa moitié, avec ardeur et constance.

Les êtres primitifs, trop orgueilleux ont cru un instant pouvoir prendre la place des Dieux. C’est pour punir cette suffisance que Zeus les rendit vulnérables. Et la vulnérabilité originelle des Hommes réside encore et toujours dans ce manque et cette nécessité de retrouver sa figure complémentaire, son âme sœur.

Galerie des plus beaux baisers de l’histoire de l’art

Depuis que la représentation de l’Amour existe, c’est de baiser dont il est question. Les artistes privilégient ce motif à tout autre, loin d’une représentation crue et objective de la sexualité. Il faut voir le baiser comme un langage du corps qui ne dit pas tout, un mythe ou une réalité qui reproduit certains codes d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

 

SCULPTURE

tableau-le-baiser-Canova
Psyché ranimé par le baiser de l’amour, Canova, 1787-1793
Encore une fois ici, il s’agit de la représentation d’un récit mythologique. A une époque où la société italienne est oppressée pas les doctrines du catholicisme, les artistes doivent faire preuve d’imagination pour réussir à évoquer certains thèmes bannis par la pudeur excessive de la religion. Les mythes antiques et les grands récits épiques refont surface. En les illustrant, les artistes font parler les émotions du monde et les grands sentiments des Hommes.

 

tableau-le-baiser-Rodin
Le baiser, Auguste Rodin, vers 1882

 

tableau-le-baiser-Brancusi
Le baiser, Brancusi, 1909
Après une première version en 1907, Brancusi réalise une nouvelle version de son baiser en 1910. Cette dernière est visible au cimetière de Montparnasse, elle surmonte la stèle d’une femme russe qui s’est donné la mort par amour.

 

PEINTURE

tableau-le-baiser-Giotto
La rencontre de Joaquim et d’Anne à la porte dorée, Giotto, vers 1303
Cette scène appartient au corpus de fresques qui recouvrent la chapelle Scrovegni à Padoue. Giotto reprend une scène de la Bible : Joachim et Anne se retrouvent tandis qu’Anne est miraculeusement enceinte de Marie.

 

tableau-le-baiser-F-Boucher
Hercule et Omphale, François Boucher, vers 1730

 

tableau-le-baiser-Fragonard
Le Baiser à la dérobée, Fragonard, 1787-1788

 

tableau-le-baiser-FHayez
Le Baiser
, Francesco Hayez, 1859
Deux anonyme s’échangent un baiser plein de passion, se disent-ils adieu ou se retrouvent-ils après une longue absence ? Le spectateur observe ce geste tendre et sensuel et n’en sait pas plus. C’est une peinture emblématique en Italie qui annonce l’arrivée du romantisme en peinture.

 

tableau-le-baiser-Toulouse-Lautrec
Le Baiser, Toulouse Lautrec, 1892

tableau-le-baiser-Toulouse-Lautrec-2
Le baiser dans le lit, Toulouse Lautrec, 1892

 

tableau-le-baiser-Much
Le baiser, Munch, 1897
Avec cette peinture, Munch est dans la représentation même de la fusion des corps en Amour. Les silhouettes se confondent, les visages ne font qu’un, sans traits ni identifications précises.

 

taleau-le-baiser-Behrens
Le baiser, Peter Behrens, 1898

 

taleau-le-baiser-Klimt
Le baiser, Klimt, 1908
Certainement, l’œuvre la plus célèbre du peintre autrichien, et l’un des baisers les plus fameux de l’histoire de l’art !

 

tableau-le-baiser-Chagall
L’anniversaire, Marc Chagall, 1915
Si l’on ne devait citer qu’une femme dans la vie et l’oeuvre de Chagall, il s’agirait sans aucun doute de Bella Rosenfeld. Celle qui fut sa femme, sa muse et la mère de leur fille Ida. On la retrouve à maintes reprises dans les tableaux de l’artiste. Elle représente un monde idéal pour le peintre, un monde d’amour, de couleur, d’harmonie et de paix.

 

tableau-le-baiser-Picabia
Le baiser, Francis Picabia, 1923-1926

 

tableau-le-baiser-Picasso-1
Le Baiser, Picasso, 1925

 

tableau-le-baiser-Magritte
Les Amants, Magritte, 1928

 

tableau-le-baiser-Lichtenstein
Kiss II, Roy Lichtenstein, 1962

tableau-le-baiser-Lichtenstein-2
Kiss V, Roy Lichtenstein, 1964

 

tableau-le-baiser-Picasso-2
Le Baiser, Picasso, 1969

 

PHOTOGRAPHIE

 

tableau-le-baiser-HCB
Le baiser au quartier latin, Henri Cartier Bresson, 1936

 

tableau-le-baiser-Doisneau
Le baiser de l’Hôtel de Ville, Robert Doisneau, 1950
Un baiser qui a fait couler beaucoup d’encre ! D’abord parce que ce geste tendre et langoureux n’a rien de spontané. Il est le résultat du travail de deux comédiens professionnels, payés par Doisneau pour jouer les amants fougueux. A l’époque, l’image est publiée dans le magazine Life, elle est aussitôt oubliée.
Dans les années 1980, sans que l’on ne comprenne vraiment comment, la photographie devient une véritable icône de l’Amour et de Paris. Elle est édité en milliers d’exemplaires, en cartes postales, en puzzles…  Problème : dès cet instant, plusieurs personnes se reconnaissent sur le cliché, elles estiment que Doisneau doit partager les recettes commerciales de l’image. Le célèbre cliché se retrouve alors au centre d’un débat grotesque autour du droit à l’image et du droit d’auteur. Heureusement pour lui, Doisneau sort victorieux de cette bagarre judiciaire !

 

tableau-le-baiser-Eisenstaedt-1
V-J Day, Alfred Eisenstaedt,  14 août 1945
Dans la série « baisers volés », il y a cette cette photo d’un marin américain qui embrasse avec passion une infirmière sur Times Square le jour de la capitulation du Japon.

 

tableau-le-baiser-Elliott-Erwitt
Le baiser, Californie, Elliott Erwitt, 1955

 

tableau-le-baiser-NanGoldin
Rise and Monty Kissing, Nan Goldin, 1980

 

tableau-le-baiser-Toscani-2

tableau-le-baiser-Toscani-3
Les baiser briseurs de tabous d’Olivier Toscani

 

 

ART CONTEMPORAIN

tableau-le-baiser-Warhol-kiss
Kiss, Andy Warhol, 1963
Film expérimental et muet de 54 minutes. Plusieurs couples s’embrassent, les uns après les autres, devant la caméra fixe d’Andy Warhol. C’est un concept !

 

tablau-le-baiser-Orlan
Le baiser artistique à 5 francs, Orlan, 1977
Installée derrière une structure en bois, l’artiste laisse le choix au spectateur : d’un côté il peut laisser un cierge à « Sainte Orlan », de l’autre côté il peut glisser une pièce de cinq francs dans le « corps d’Orlan » et cette dernière échangera un vrai baiser avec lui !

 

tableau-le-baiser-Ange-Leccia
Le baiser, Ange Leccia, 1985
Clin d’oeil moderne et poétique au baiser de Brancusi.

 

#LE_BAISER, Julien Nonnon, 2016
A l’occasion de la Nuit Blanche 2016 à Paris, Julien Nonnon a choisit d’illuminer les murs de la ville par une centaine de baisers d’inconnus filmés au préalable.

 

 

STREET ART

tableau-le-baiser-Banksy
Kissing Coppers, Banksy, vers 2010

 

 

Et les baisers sur Balibart ?

tableau-le-baiser-ceren-kilic
CEREN KILIC 

tableau-le-baiser-itchi
ITCHI

tableau-le-baiser-Pariseau-2
PIERRE PAUL PARISEAU

tableau-le-baiser-Sammy-Slabbinck
SAMMY SLABBINCK 
tableau-le-baiser-Quibetableau-le-baiser-close-Quibe
QUIBE